Le PANAMA est le pays idéal pour votre "FUTURE NOUVELLE VIE" pour vous et votre famille.

À 29 ANS, IL PARCOURT 6 437 km SANS ARGENT ! PANAMA CITY – SAN DIEGO….

Rob Greenfield, un Américain de 29 ans, a rallié Panama City à San Diego en 37 jours. Une sacrée aventure, sans carte bleue ni téléphone, qu’il raconte.

Correspondance, Antoine Grenapin

(Photo : Facebook.com/RobGreenfield)

Sur internet, le pire côtoie souvent le meilleur. En cette période de vacances, une vidéo de voyage rencontre un sacré succès avec plus de 7 millions de vues sur Facebook. « Pour démontrer que les gens étaient gentils, je me suis livré au défi ultime », écrit celui qui se fait appeler Rob Greenfield, en préambule de la vidéo.

RobGreenfield1

Cet Américain de 29 ans s’est lancé dans un périple de 6 437 km (4 000 miles) sans argent, sans carte de crédit et sans téléphone. Objectif : rallier Panama City en Amérique centrale, à San Diego aux États-Unis – soit sept pays traversés - avec seulement les habits qu’il porte et son passeport. Un pari réussi en 37 jours, que l’Américain a raconté à l’édition du soir.

Vous devez être connecté pour visionner cette vidéo.

RobGreenfield2

« Les gens sont bons »

« Nos sociétés nous poussent à consommer, à avoir constamment besoin d’argent. Or, il est possible de faire sans, explique-t-il.Quand vous avez tout ce dont vous avez besoin, vous n’allez plus vers les autres. Pourtant, les gens sont fondamentalement bons et prêts à aider. Je voulais le prouver. »

Dans la vidéo de trois minutes qui résume son aventure, le jeune homme est constamment souriant, prenant la pose au côté de ceux qui lui sont venus en aide. Pourtant, il a souffert. « J’étais anxieux. Rapidement, on est obligé de se focaliser sur les aspects les plus basiques : comment trouver à manger et de l’eau potable, comment se laver ? »

RobGreenfield3

Rob Greenfield a traversé sept pays, du Panama aux États-Unis en 37 jours. (Photo : Rob Greenfield)

Dès son arrivée, la galère commence. Pas simple de se déplacer sans argent du tout. « J’ai quitté l’aéroport à pied et au bout de dix minutes, un taxi s’est arrêté. Il m’a dit : ce que vous faites est très dangereux, je vais vous avancer… » Un peu plus tard, Rob souhaite emprunter un bus. « Dans une boutique, j’ai demandé combien de cannettes je devais collecter pour obtenir un dollar. Un homme m’a dit : il vaut mieux faire un autre job. Et il m’a donné un dollar. »

Impossible, finalement, de voyage strictement sans argent. « À certains postes frontières, il faut payer entre 5 et 10 dollars et je devais parfois régler les tickets de bus. » Alors, au cours de son aventure, il aidera dans des fermes, se contentera des restes laissés dans les restaurants et les boutiques ou collectera les ordures en échange de quelques billets.

« Leçons de vie »

Entre les galères et les sourires, Rob parvient à rallier San Diego en 37 jours. Il insiste sur les « leçons de vie » offertes par tous ceux qui l’ont aidé. « De nombreuses personnes sont avides de rencontres qui les inspirent, qui les motivent. Ça vaut tous les dollars ! »Et de constater : « Les gens en Amérique centrale que j’ai croisés étaient bien plus ouverts qu’aux États-Unis. Finalement, ceux qui ont le moins sont souvent ceux qui donnent le plus. »

RobGrennfield4

Moment de détente au Salvador. (Photo : Rob Greenfield)

À 29 ans, l’Américain n’en est pas à son coup d’essai. L’un de ses voyages en Amérique latine est d’ailleurs l’objet d’une série documentaire, diffusée sur Discovery Channel (The Free Way)« Mais je n’ai pas besoin de tout l’argent qu’on me donne, assure-t-il. Je redistribue beaucoup aux ONG et je vis presque sans argent. »

Rob n’a pas non plus de pied à terre déterminé, lui qui nous a contactés depuis la Caroline du Nord. « Je reste aux États-Unis mais je continue de bouger. Je ne prévois pas de m’installer à un endroit précis dans les années qui viennent. La seule chose qui m’appartienne, c’est mon sac à dos ! »

RobGreenfield5

La joie de Bob, à son arrivée à San Diego. (Photo : Rob Greenfield) RobGreenfield6 L’ensemble de ses affaires pour l’ensemble de son voyage. (Photo : Rob Greenfield) RobGreenfield7 Rob Greenfield diffuse ses aventures écolos et militantes sur son site internet RobGreenfield.tv. (Photo : Rob Greenfield)