Le PANAMA est le pays idéal pour votre "FUTURE NOUVELLE VIE" pour vous et votre famille.

Plages, îles et archipels

La République du Panama, située dans le centre de l'hémisphère occidental, est bordée par la Mer des Caraïbes (Océan Atlantique) et par l'Océan Pacifique. L'isthme porte bien son nom car le pays possède plus de kilomètres de côtes que kilomètres de frontière avec ses voisins.

Avec environ 3000 kilomètres de côtés et ces très nombreux archipels aux multitudes d'îles et d'îlots, le Panama regorge de plages paradisiaques aux eaux turquoises et transparentes.

Grandes plages de sables blancs, petites criques sauvages ou encore plages aménagées à proximité d'une résidence hôtelière ou d'un restaurant, vous trouverez toujours la plage idéale au Panama.

 

La Mer des Caraïbes - Océan Atlantique

La totalité de la côte nord du Panama est baignée par la Mer des Caraïbes mais le pays peut être découpé en 3 parties le long de cette côte : L'archipel de Boca del Toro, proche de la frontière du Costa Rica, Le Golfe de Mosquitos qui s'étend de la péninsule Valiente dans la province de Boca del Toro jusqu'à Veraguas dans la province de Colon et le Golfe de Mandinga situé près de la frontière colombienne ou l'on retrouvera l'archipel de San Blas.

Archipel de Boca del Toro

Situé dans la Mer des Caraïbes à l'extrème Nord-est du pays, l'archipel de Boca del Toro est composé de plusieurs îles dont la principale est Isla de Colon.

La majorité des habitants de l'archipel habite cette île qui accueille la capitale régionale Boca del Toro qui a donné son nom à l'ensemble de la province. C'est la seule île de l'archipel qui dispose de routes et d'un aérodrome.

L'archipel est réparti sur 400 km² avec les îles suivantes : Isla Colon, Isla Solarte, Isale San Cristobal, Isla Pastores, Islas Zapatillas, Isla Loma Partida, Isla Popa, Cayo Roldan, Cayo Agua et Isla Bastimentos, la dernière accueillant un Parc National Marin sur 13 000 hectares.

Le Parc National de Bastimentos est un véritable sanctuaire marin composé de plage de sable blanc et de récifs coralliens ou les touristes et les amateurs de plongée sous marine pourront rencontrer de très nombreuses espèces aquatiques, des poissons exotiques, des tortues, des étoiles de mer, des coquillages et crustacés de toutes sortes et avec un peu de chance des dauphins qui sont assez nombreux dans la région.

Le Golfe de Los Mosquitos

Le bord de mer est caractérisé par des plages de sables fins, parfois boueux accompagnés de sédiments fins.

La plus grande île de cette zone est Véraguas ou l'on peut voir la formation d'un massif de corail.

La section centrale du Golfe de Mosquitos est composé de ville comme Portobelo, Bahia Las Minas et Isla Grande ou se trouve de jolis récifs coralliens à 25 m de profondeur et d'une grande diversité avec notamment une communauté de macro-algues, des invertébrés (775 espèces) et de nombreux poissons exotiques.

Les forêts de mangroves qui couvrent la rive créent de nombreux ruisseaux et de nombreux étangs. Mais les mangroves apportent également la nourriture nécessaire à de nombreuses espèces qui viennent se réfugier et se reproduire.

La pêche porte essentiellement sur les espèces suivantes : poulpes, calamars, huitres, crabes, homards, requins,snook et le vivaneau. La pêche industrielle dans les Caraïbes n'est pas très développée (ce qui permet de protéger les ressources).

La ville de Portobelo était l'une des villes les plus importantes d'Amérique durant l'époque coloniale. C'est du port de la ville que partaient la majorité des richesses que l'Espagne embarquait vers l'Europe. L'or en provenance du Pérou était transporté à dos de mulets à travers le chemin de Cruces et par des petites embarcations sur le Rio Chagres avant d'arriver à Portobelo.

Portobelo est chargée d'histoire... Découverte par Christophe Colomb au cours de son quatrième voyage le 2 novembre 1502. Séduit par la beauté des lieux, il l'a baptisé le beau port (Portobelo).

Etant donné l'accumulation des marchandises et des métaux précieux, Portobelo a vite fait d'attirer la convoitise et les tentatives de pillages. Ces pour ces raisons que la ville a été fortifiée. En 1688, le pirate Henry Morgan pille la ville à la tête de 450 corsaires pendant 14 jours.

Avec plus de 3 000 habitants et un port naturel  en eau profonde, la ville de Portobelo qui est située à une cinquantaine de kilomètres de Colon, mérite que l'on s'y attarde.

Archipel de San Blas

Les îles San Blas du Panama constituent un archipel de 365 îlots coralliens, dont seuls 60 sont habités, situé dans la Mer Caraïbe, sur la côte nord-est de l'isthme du Panama, environ 120 km à l'est de Colon, où vivent de chasse et de pêche les indiens Kunas, dans un territoire, qui forme, avec la bande côtière, la "comarca Kuna Yala", territoire disposant d'une forte autonomie depuis la guerre d'indépendance menée par ces indiens contre le Panama dans les années 1920, même s'ils parlent pour la plupart espagnol.

Les indiens Kunas ont peu à peu quitté la terre ferme du Panama durant l'invasion espagnole, en particulier lors des recherches d'or le long du Rio Atrato, où vivent encore quelques tribus de l'ethnie Kuna, repliées dans la montagne. Le second gouverneur du Panama, Balboa, s'était marié avec la fille d’un chef Kuna qui l'avait aidé à traverser l’isthme.

La société Kuna est matriarcale et monogame. L'archipel a environ 50 000 habitants. Les femmes continuent à perpétuer la tradition avec leur blouse colorée ornée de dessins à thèmes, riches en couleurs, utilisant la technique de l'appliqué-inversé, les fameux molas. Les indiens Kunas ont des députés à l’assemblée nationale panaméenne et en 1999 un Kuna a été élu président de cette assemblée nationale. (source Wikipédia)

Les plages que l'on peut découvrir sur les îles San Blas sont de longues plages de sables blancs avec une eau cristalline d'une température très souvent supérieure à 25°. Après avoir passé une demi journée en mer à pêcher ou plonger dans les récifs coralliens, vous pourrez déguster le produit de votre pèche grace au talent culinaire de vos hôtes et vous reposer dans un hamac accroché entre 2 palmiers.

Si vous souhaitez passer quelques jours en mode Robinson, des habitations (spartiate) le long des plages sont disponibles. L'expérience de la vie locale avec les indiens Kunas est inoubliable et pleine d'émotion.

 

L'Océan Pacifique

Le Golfe du Panama

Le Golfe de Panama, d'une largeur de 250 km au maximim, est situé dans l'océan Pacifique. Il est composé de plusieurs Golfes mineurs qui sont : la Baie de Panama, le golfe de Parita, le golfe de San Miguel.

La Baie de Panama

La baie de Panama accueille de très nombreuses plages entre Punta Chame et Playa Santa Clara.  Avec des spécificités différentes qui méritent dêtre découvertes, ces plages sont accessibles par la route et se situent à moins de 100 kilomètres de Panama City.

Avec de longues étendues de sable blanc ou noir, elles bordent le littoral du pacifique et accceillent un grand nombre de citadins en fin de semaine ou lors des vacances. Vous y trouverez aussi bien des complexes hôteliers aux équipements modernes que des petits hôtels de charme.

Malgré que ces plages soient de toute beauté, elles restent à l'écart du grand tourisme de masse à l'exception de Playa Blanca où 3 complexes hôteliers sont implantés. Les autres plages sont très peu développées et même quasi vierge pour certaine.

Isla Taboga

Cette île volcanique ,qui est située dans le golfe de Panama (Pacifique), est également connue sous le nom de "Iles aux Fleurs".

L'île fut découverte au 16 ème siècle et initialement nommée Isla de San Pedro par l'explorateur espagnol Vasco Nunez de Balboa. Son nom actuelle vient du mot indien "Aboga" qui veut dire "beaucoup de poisson". La petite ville de San Pedro fondée en 1524 accueille l'église du même nom qui est prétendu être la deuxième plus ancienne église de l'hémisphère.

Le tourisme est la principale activité économique de l'île même si la pêche et l'agriculture sont également pratiquées. Les nombreux ferries au départ d' Amador Causeway (à 10 minutes de Panama City) permettent aux visiteurs de profiter d'une multitude de chemins de randonnées mais aussi des splendides plages aux eaux cristallines.

Le Golfe de San Miguel

Les forêts de mangrove constituent une ressource importante de l'environnement du Panama en offrant une protection contre les tempètes, les vents violents, l'érosion, la pollution marine ou encore l'envasement des récifs coralliens. De nombreuses espèces animales y trouvent refuges comme les crabes, les crevettes et les poissons.

Le Golfe de San Miguel situé dans la région de Darien contient 17% des mangroves du pays.  Vingt 20 fleuves se jettent dans le golfe et la zone côtière comprend une grande diversité d'habitats aquatiques.

Quinze communautés vivent dans cette région dont les indiens Embéra - Wounaan. Certains groupes autochtones sont uniquement accessible par bateau. La pêche artisanale, qui est un moyen de subsistance, et les marchés locaux  sont les principales activités économiques de la zone.

Le Golfe de San Miguel est un lieu unique et reste une attraction écotouristique extraordinaire avec une multitude d'oiseaux dont certains trouvés nulle part ailleurs au Panama et de nombreuses espèces d'animaux en voie de disparition dans d'autres pays.

L'archipel de San Miguel qui est composé de 4 îles [Isla de Conejo (île des lapins) - Isla Cabra - Isla de Flores (île aux fleurs) - Isla Tallo (ïle des souches) ] est l'une des meilleures zones de pêches du pays.

Ces îles sont seulement à 1h15 de la Capitale si vous prenez un vol à destination de La Palma puis un bateau local. Par la route, il faut compter 4h depuis Panama City puis une vingtaine de minutes de bateau.

Archipel de Las Perlas

L'archipel des perles (Las Perlas) est situé sur la côte pacifique du Panama et formé de plus de 200 îles et îlots, dont l'île la plus grande est l’Isla del Rey.

Il doit nom à l’exploitation au XVIe siècle, par les Espagnols des nombreuses perles naturelles, de petite taille, que pêchaient les Amérindiens dans les bancs d’huîtres et qui tapissaient les fonds marins. Les Espagnols les ont découvertes grâce aux parures que portaient les Indiennes.

Durant quelques années, avant 1530, la production a atteint une valeur de 800 000 piastres. Ces perles étaient les plus connues en Europe. Le pirate britannique John Oxenham y a vécu quelque temps en 1576, après avoir traversé à pied et en canot l'isthme de Panama.

L'archipel comporte de superbes plages et des fonds sous-marins coralliens de toute beauté. On n'y trouve plus de perles, mais les eaux sont riches en poissons. Entre juillet et septembre, on peut y voir des baleines à bosse. L'archipel, comme l'ensemble du pays, a deux saisons. La saison sèche qui s'étend de décembre à avril/mai, et la saison des pluies le reste de l'année avec tropicales rafraichissantes.

Il est accessible à partir d'un vol intérieur entre Panama City et l'île principale, Isla Contadora, en 20 min de vol. La population est concentrée dans les îles du sud de l'archipel. Les autres îles sont très peu peuplées, les villages se cantonnent sur Pedro Gonzales et Isla del Rey et le reste des îles reste sauvage.

Isla Contadora

Ile principale de l'archipel de Las Perlas, cette île était utilisée par les espagnols qui y rassemblait les collectes de perles réalisées dans l'ensemble de l'archipel de Las Perlas. De différentes tailles et de différentes couleurs, les perles étaient acheminées par les indigènes vers Contadora pour compter et vendre leur production aux espagnols. C'est à cette période que l'île prit son nom de Contadora qui veut dire "Comptable".

Contadora ,qui est une destination touristique, dispose d'un petit aéroport avec des liaisons journalières entre l'île et Panama City.

Quelques hôtels et résidences hôtelières sont également présentes permettant aux touristes de profiter des nombreuses plages de l'île.

Isla de San José

Cette île est plus sauvage et moins fréquentées que Contadora. Avec ces 14 000 hectares de forêt et de plages, Isla San José est la seconde île de l'archipel de Las Perlas par sa taille. Avec plus de 35 plages variées allant du corail blanc au sable noir et or et disposant d'une eau claire et chaude, cette île est un véritable paradis pour les plongeurs qui y trouveront une très forte dénivellation et de belles profondeurs.

Un complexe hôtelier de luxe accueille les touristes qui pourront louer leur propre bateau afin de découvrir les trésors cachés de l'île. (source Wikipédia)

Le Golfe de Chiriqui

Situé du côté Nord-ouest du Panama, à proximité de la ville de David dans la Province de Chiriqui et de la frontière avec le Costa Rica.

Véritable sanctuaire pour de nombreuses espèces animalières, vous y trouverez un environnement côtier et marin intacte faisant de ce golfe l'un des endroits les plus prisés des écologistes.

Avec ces dizaines d'îles vierges qui le parsèment, le golfe de Chiriqui dispose d'une bio-diversité hors du commun avec des jungles très denses, des mangroves ou encore des milliers d'espèces végétales.

Une incroyable quantité d'espèce marine est présente avec notamment des baleines à bosses, des requins marteaux, des dauphins, plusieurs espèces de tortues mais aussi des raies géantes.

Le Parc National de Coïba, du nom de l'île, apporte toute la réglementation nécessaire à la protection de toutes les espèces protégées.

Des safaris photos sont organisés pour aller observer les baleines ou les dauphins ou pour aller à la rencontre des tortues terrestres présentes sur l'île de Coïba.

La pêche au gros ou pêche sportive est également possible tout comme la plongée sous marine en apnée dans les eaux protégées.