Le PANAMA est le pays idéal pour votre "FUTURE NOUVELLE VIE" pour vous et votre famille.

Revue de Presse – Canal de Panama : les mastodontes bousculent les risques – L’Argus de l’assurance le 28 novembre 2014.

Les mastodontes du Canal de Panama bousculent les risques maritimes - Actualités Vivre-au-panama.com (1)

Fin décembre 2015, les autorités du canal de Panama devraient sonner la fin des travaux effectués sur les voies navigables ouvrant le canal à des navires encore plus grands. Un nouvel épisode dans la course au gigantisme qui change structurellement l'approche du risque maritime.

Retrouvez l'intégralité du dossier «spécial risk management» dans l'Argus du 28 novembre.

Cent ans et toujours un trafic en hausse : le canal de Panama affiche une belle santé de façade, même si ses autorités constatent des pertes sur une partie du trafic de marchandises, celui situé entre l'Asie et la côte Est des Etats-Unis, au profit d'autres canaux qui ne connaissent pas les mêmes restrictions pour la taille des navires.

Les mastodontes du Canal de Panama bousculent les risques maritimes - Actualités Vivre-au-panama.com (2)Résultat : pour un budget initial supérieur à 5 Md$, elles lançaient en 2007 des travaux d'élargissement et d'approfondissement visant, demain, le trafic de navires disposant de 12 000 unités de chargement, contre 6 000 aujourd'hui.

Bientôt 24 000 conteneurs

Ces travaux répondent à l'intensification du trafic et à la course au gigantisme que se livrent armateurs et chargeurs sur la scène du commerce mondial. En effet, ces porte-conteneurs de 12 000 unités, sont, certes, significativement plus importants que ceux circulant aujourd'hui sur le canal, mais ils restent d'une capacité inférieure à ceux qui sortent des chantiers maritimes.

Ce que confirme Christian Zaninetti, directeur adjoint du département Maritime et Transport de Marsh France : «Même si nous sommes sur des bateaux de plus en plus importants de par la création de cette nouvelle voie, les derniers aujourd'hui à sortir des chantiers le sont encore davantage, pouvant atteindre une capacité de près de 20 000 boîtes. D'autres projets sont en train d'émerger pour permettre à des navires d'accueillir quelque 22 000, voire 24 000 conteneurs.»

Des navires transportant jusqu’à 12 000 conteneurs pourront parcourir les 80 kilomètres du canal de Panama et son bassin reliant Atlantique et Pacifique. Le nouveau système comportera deux écluses de trois niveaux de 427 mètres sur 55 mètres chacune. eg/pp AFP PHOTO/ ED GRIMALDO

Un problème pour la sinistralité

Une course au gigantisme qui pourrait avoir des conséquences sur la sinistralité du canal de Panama, une sinistralité par ailleurs très bonne en regard de celle d'autres canaux comme Suez et Kiel. «Nous observons une accentuation de certains risques comme le risque de perte de cargaison devenant plus intense, le risque de perturbation générale, notamment dans des zones comme celles du canal de Panama et aussi des problématiques d'assistance», estime Guy-Louis Fages, président de la commission Logistique et Transport de l'Amrae.

Les mastodontes du Canal de Panama bousculent les risques maritimes - Actualités Vivre-au-panama.com (3)Des propos appuyés par Gilles Mareuse, directeur Marine de la région Méditerranée d'AGCS : «L'arrivée de ces navires dans cette zone peut aussi avoir des répercussions au niveau de l'importance des collisions et des dommages collatéraux qu'elles pourraient provoquer.»

Les échouements, une des causes principales des sinistres marins, pourraient occasionner des dégâts importants dans cette zone commerciale. «Nous pourrions voir arriver des blocages de voie maritime dus à un échouement de ce type de navire. Ces sinistres peuvent aussi mettre en exergue des problématiques d'assistance», détaille Christian Kupiec, directeur Marine de RSA France.

Le cumul des valeurs

Ces projets de transformation ont également pour conséquence d'intensifier les risques liés aux marchandises transportées, faisant évoluer l'approche même du risque maritime. «Une fois les travaux d'élargissement terminés, ce sont de 12 à 14 navires de plus qui transiteront quotidiennement dans ces eaux, soit 4 750 par an», précise Christian Zaninetti. Propos complété par celui de Gilles Mareuse : «Globalement, ces constructions révèlent un problème de cumul des valeurs présentes sur ces navires et des marchandises toujours difficilement géolocalisables. Une accumulation qui peut atteindre les 250M$ dans certains cas.»

Le cumul des valeurs est au centre des discussions des assureurs, qui ont bien du mal à se mettre d'accord sur le curseur à fixer en termes de limites. Ce qui fait d'ailleurs dire au courtier de Marsh qu'«aujourd'hui, la problématique de cumul de valeurs est surtout difficilement appréhendable pour les assureurs.» Pour ses clients, il avoue que «l'opération économique et le rapport coût et risques étant bons, l'idée n'est pas de freiner ce genre de pratique.»

Néanmoins, tous sont d'accord pour dire que la véritable intensification de ce risque se situe au niveau de l'avarie commune. Dans le cas d'un sinistre majeur touchant un navire pouvant transporter plus de 12 000 conteneurs, ce montage pourrait être plus que complexe à gérer pour les différents intervenants. Cette règle, propre au droit maritime, consiste en effet à répartir entre les propriétaires du navire et de la cargaison les sacrifices (dommages ou dépenses) résultant de mesures prises par le capitaine pour assurer le salut commun de l'expédition. Ce montage peut ainsi impliquer le paiement d'une contribution représentant une part de la valeur des marchandises, alors même qu'elles sont livrées dans un parfait état. Un véritable casse-tête en perspective.

Pas d'impact sur les tarifs

Pour autant, malgré la complexité de l'avarie commune, l'accumulation de valeurs et l'intensité grandissante, les gestionnaires du secteur ne devraient pas voir leurs tarifs assurantiels monter en flèche. Ce qu'affirme Christian Zaninetti : «Alors que 2011 et 2012 étaient des années compliquées et marquées par des sinistres, nous n'avons pas constaté de hausse tarifaire. Depuis, 2013 n'a pas vu de sinistres majeurs et 2014 s'annonce plutôt calme. Résultat, il n'y aura pas, au vu de la concurrence bien installée, encore de durcissement des conditions et des tarifs.»

Mais la concurrence que se livrent les assureurs n'est pas le seul élément expliquant cette stabilité tarifaire. La meilleure formation des équipages et la qualité de la construction des navires viennent aussi augmenter la qualité technique de ces risques. «Malgré la course à la construction de bâtiments hors normes, la sinistralité de pertes totales des marchandises est globalement en baisse. Nous observons aussi l'existence d'équipages de mieux en mieux formés pouvant permettre de limiter les incidents à bord de ces nouveaux navires», appuie Gilles Mareuse.

Preuve que la formation est l'affaire de tous, l'autorité de contrôle du canal de Panama prend, de son côté, ce problème à bras-le-corps en affrétant un bateau capable de contenir près de 12 000 boîtes. Et ce, afin de former ses pilotes à la conduite de ces nouveaux navires dans les ports.

Les mastodontes du Canal de Panama bousculent les risques maritimes - Actualités Vivre-au-panama.com (5)Les mastodontes du Canal de Panama bousculent les risques maritimes - Actualités Vivre-au-panama.com (6)Les mastodontes du Canal de Panama bousculent les risques maritimes - Actualités Vivre-au-panama.com (4)

Les mastodontes du Canal de Panama bousculent les risques maritimes - Actualités Vivre-au-panama.com (7)Par Thomas BAUME.

Vous venez de lire un article de Argus N° 7387. Découvrez tous les articles de ce numéro >> Consulter les archives 2014 de l'Argus >> Source : Argus de l'Assurance

A lire sur le même sujet...

Revue de Presse – Canal de Panama : nouveaux défis pour l’assurance maritime – L’antenne.com. >> Ces navires qui passent par le Canal de Panama… >> Flash – Les 4 dernières portes des nouvelles écluses du Canal de Panama sont arrivées – Le Monde >> Flash – Canal de Panama : la nouvelle flotte de remorqueurs espagnols au complet – Le Marin.fr >> Revue de Presse : Le Canal de Panama sera encore agrandi d’ici 25 ans – Trends Tendances >>