Le PANAMA est le pays idéal pour votre "FUTURE NOUVELLE VIE" pour vous et votre famille.

CEPAL : LE PANAMA SERA LA DEUXIEME PLUS FORTE CROISSANCE ECONOMIQUE CETTE ANNEE EN AMERIQUE LATINE …

La Commission économique des Nations Unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) a estimé que le Panama va croître de 5,4% en 2017, le deuxième pays à la plus forte croissance en Amérique latine. L'Amérique latine aura un taux de croissance cette année de 0,9%, tiré vers le bas par des chutes de la production au Brésil, au Venezuela, en Equateur et en Argentine, mais une amélioration du prix des matières premières laisse présager un «plus prometteur» 2017, avec une expansion de 1,5%, a estimé la Cepal. La dernière projection est la troisième révision à la baisse faite par la Cepal pour la performance des économies latino-américaines cette année, d'une baisse de 0,6% prévue en Avril et 0,8% à la fin de Juillet. Ainsi, l'économie de l'Amérique latine clôturera en 2016 sa deuxième année consécutive de croissance négative après une baisse de 0,5% en 2015, due à la mauvaise performance des économies d'Amérique du Sud, en particulier le géant du Brésil, ce qui représente 3,4% rétractable en 2016 . Le Venezuela, qui traverse une crise politique et économique aiguë, a enregistré une baisse du produit intérieur brut (PIB) de 8%, la plus forte baisse dans la région, ainsi que les économies de l'Équateur et de l'Argentine qui ont enregistré des baisses de 2,5% et 1,8% respectivement. Le Pérou, quant à lui, va croître de 3,9%, tandis que le Paraguay et la Bolivie à 4% et 4,5% se développeront. Une grande partie des pays d'Amérique du Sud accusent une nouvelle détérioration économique, affectée principalement par une baisse de leurs termes de l'échange pour une baisse de la valeur de la demande extérieure des matières premières inférieure et un ralentissement significatif de la demande intérieure, elle reflète une baisse significative de l'investissement intérieur. panama-cepal En revanche, les économies d'Amérique centrale montrent une meilleure performance. Pour cette année, la Cepal prévoit une expansion régionale moyenne de 3,7%, bénéficiant des prix du pétrole, la reprise de sa demande extérieure et intérieure et une augmentation du revenu par des remises. La République Dominicaine, avec une expansion de 6,5%, entraîne l'expansion dans toute l'Amérique latine, suivie par le Panama, avec 5,4%, et le Nicaragua dont la croissance est de 4,5%. Le Mexique va enregistrer une croissance en 2016 de 2,1%. Les projections pour 2017 « réalisent un environnement mondial qui fournit plus de bon augure qu'en 2015 et 2016», a déclaré la Cepal, agence technique de l'ONU basé à Santiago. L'année prochaine, "les prix des matières premières devraient démontrer des améliorations par rapport aux niveaux moyens de 2016 et anticipe une croissance plus forte des partenaires commerciaux des pays de la région". Les économies d'Amérique du Sud, spécialisées dans la production de matières premières, en particulier le pétrole, les minéraux et les aliments ont enregistré une croissance moyenne de 1,1% en 2017, ce qui contraste avec la contraction attendue de -2,2% en 2016. Pour les économies d'Amérique centrale, il est prévu l'année prochaine un taux de croissance de 4%, contre 3,7% prévu pour 2016. Le Brésil verrait ses indices dans le vert en 2017, avec une estimation de 0,5%, comme l'expansion Argentine, qui se montre plus vigoureuse, avec une croissance estimée à 2,5%. L'économie du Venezuela, actuellement toujours en chute, devenant ainsi le seul pays pour lequel la Cepal prévoit une croissance négative en 2017, en baisse de 4%. La République Dominicaine se poursuivra en 2017 pour diriger la croissance régionale, avec une expansion estimée de 6,3%. AFP / Santiago du Chili / 12 octobre 2016.