Le PANAMA est le pays idéal pour votre "FUTURE NOUVELLE VIE" pour vous et votre famille.

COMMENT L’INTERNET DES OBJETS ASSURE LA CIRCULATION DES NAVIRES

COMMENT L'INTERNET DES OBJETS ASSURE LA CIRCULATION DES NAVIRES

Comment l'internet des objets assure la circulation des navires en flux tendu sur le canal de Panama



Situé entre l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud, le canal de Panama permet à des milliers de tonnes de cargaison d'éviter un détour par le cap Horn.

Comme le reste du monde, le canal dépend de systèmes informatiques pour assurer son bon fonctionnement 24 h/24.

Or, ces systèmes font aujourd'hui l'objet d'une refonte complète qui vise non seulement à les maintenir à jour, mais aussi à permettre au canal de gérer encore plus de trafic.

Le nouveau système du canal de Panama devrait raccourcir le délai d'attente des navires et augmenter le nombre potentiel de créneaux de passage.

L'entreprise qui gère cette mise à niveau est Quintiq, une filiale de Dassault Systèmes dont les systèmes sont aussi utilisés par l'administration fédérale de l'aviation des États-Unis (FAA). La station spatiale internationale et le ministère britannique de la Défense. D'après Quintiq, le nouveau système signifie que, pour la première fois, le canal pourra exécuter un plan d'exploitation totalement intégré pour l'ensemble de ses ressources cruciales.

"L'amélioration des données et de la connaissance de la situation peut contribuer à une meilleure prise de décisions, laquelle aidera à atténuer le risque opérationnel", déclare l'entreprise dans un communiqué. "Quintiq aidera également à réduire les coûts en optimisant la façon dont le canal planifie et programme ses ressources."



Raccourcir le temps d'attente des navires


Le système de Quintiq devrait raccourcir le temps d'attente des navires. Augmenter le nombre de créneaux de passage potentiellement disponibles chaque jour et améliorer la fiabilité globale de l'itinéraire, ajoute l'entreprise.

"Nous proposons une unique solution logicielle qui peut gérer tous les problèmes de planification et d'optimisation qui surviennent dans une chaîne d'approvisionnement.", a assuré à ZDNet Camilo Gaviria, responsable de Quintiq pour l'Amérique latine.

"L'un des grands avantages de notre logiciel est sa flexibilité. Nous pouvons résoudre tous les problèmes, qu'ils concernent le canal lui-même, les navires qui le traversent, la planification de la production, ou encore l'organisation des tableaux de service des contrôleurs aériens.", affirme-t-il.

Quintiq travaillait avec le canal depuis "environ 18 mois" lorsque les premiers appels d'offres portant sur la planification, la gestion des tâches et l'attribution des ressources ont été lancés.

"Ils cherchaient un moyen de planifier les navires, en prenant en compte tous les types de ressources et de restrictions, notamment pour préserver les efficiences de leurs passages, tout en maintenant les ressources actuelles à une efficience maximale", se souvient Camilo Gaviria.



Planification des ressources d'accostage


"Ils voulaient une application qui pouvait non seulement aider à opérer les passages le plus efficacement possible. Mais aussi planifier la manière dont ils utilisaient les ressources d'accostage. (lamaneurs, remorqueurs, manivelles des écluses). A la fois dans le fonctionnement quotidien et dans des niveaux supérieurs de planification."

Lorsque l'objectif est de faire passer le nombre maximal de navires sur le canal en continu, la planification est déjà extrêmement complexe en permanence, mais il faut y ajouter la question de la météo. Au Panama, le temps est chaud tout au long de l'année, mais également sujet à de brusques orages, parfois violents à la saison des pluies. Un autre danger est le brouillard.

"Le système nous offre un meilleur moyen de gérer les phénomènes de brouillard", explique Camilo Gaviria. "À différents moments dans la journée, de manière tout à fait imprévisible, il peut se former un brouillard relativement épais. Grâce au système, nous pouvons savoir quand le brouillard arrive et intégrer cette information dans le système de planification."



L'IoT au service des écluses


"Nous pouvons retarder un navire parce que nous savons que le brouillard arrive et libérer le créneau pour un bateau plus petit." Avec le système, ils pourraient intégrer ces informations avec celles des autres stations météorologiques, ajoute-t-il. Le système peut également s'occuper des autres détails techniques, comme s'assurer qu'il y a suffisamment d'équipes pour assurer le fonctionnement des écluses selon le type de navires qui les franchissent à un moment donné.

"Le système vérifie également que les pilotes appropriés sont disponibles conjointement aux remorqueurs adaptés aux navires", renchérit Camilo Gaviria. "Il nous donne un plan détaillé du déroulement prévu des opérations pour les prochaines 48 heures, mais il génère également de multiple scénarios, émet des hypothèses et réagit de façon appropriée à toutes les éventualités."

Le nouveau système, qui est encore en cours de mise en place, pourrait également tirer profit de l'internet des objets. "Il y a de nombreux capteurs autour du canal qui collectent une énorme quantité de données", souligne Camilo Gaviria. "Nous voulons exploiter ces données. Nous pensons qu'il devrait être simple d'incorporer des informations telles que le temps d'attente aux écluses et le temps de remplissage du sas", précise-t-il. Une autre façon dont l'internet des objets peut être utile concerne la gestion de ces temps d'éclusage. "Différentes écluses se remplissent à différentes vitesses. Le système précédent prévoyait des temps d'éclusage différents selon les écluses", souligne Camilo Gaviria.



Exploiter le canal en flux tendu


"Or, une écluse donnée peut certes se remplir à une certaine vitesse, mais la pression de l'eau est souvent variable, si bien que le rythme de remplissage peut varier au fil du temps. De ce fait, sachant que le canal procède à une soixantaine d'éclusages par jour et par écluse, une infime différence peut ajouter 120 minutes au délai. Grâce à l'internet des objets, nous pouvons désormais prendre en compte ces variables."

Ces gains d'efficience obtenus au fil du temps signifient que le nombre de navires qui transitent par le canal a augmenté. Tout ceci participe au plan global, qui est d'exploiter le canal en flux tendu, ou juste-à-temps.






Publié le 6 juillet 2017 par Colin Barker

http://www.zdnet.fr/actualites/comment-l-internet-des-objets-assure-la-circulation-des-navires-en-flux-tendu-sur-le-canal-de-panama-39854632.htm

COMMENT L'INTERNET DES OBJETS ASSURE LA CIRCULATION DES NAVIRES

COMMENT L'INTERNET DES OBJETS ASSURE LA CIRCULATION DES NAVIRES