Le PANAMA est le pays idéal pour votre "FUTURE NOUVELLE VIE" pour vous et votre famille.

LE CANAL DE PANAMA S’EST OFFERT UN CHANTIER DE TITANS !

2016 a marqué un tournant dans l’histoire du canal de Panama. La fin d’un immense chantier, qui s’est étalé sur sept ans, pour élargir ce passage stratégique emprunté chaque année par plus de 14 000 navires de commerce.

canal2

Panama City a voulu en mettre plein les yeux pour les fêtes de fin d’année. Dans ce Miami de l’Amérique centrale, avec ses gratte-ciel toujours plus hauts, symboles de prospérité, les artères principales et les places principales sont décorées avec des kilomètres de guirlandes multicolores.

canal1

Des conteneurs chargés de cadeaux

Pourtant, ces illuminations ne parviennent pas à rivaliser avec un autre spectacle. Au fond de l’immense baie, un chapelet de lumières s’étire à l’horizon. « 250 bateaux attendent de passer le canal. Ce sont un peu les bateaux du père Noël. Dans leurs conteneurs, on trouve les cadeaux qui vont se retrouver au pied du sapin, dans le monde entier », décrit Enrique, un guide à l’accent québécois, car ce Panaméen a appris le français à Montréal.

La fin d’année, entre Noël et le Jour de l’an, est l’une des périodes les plus chargées pour le canal de Panama. Chaque jour, ce sont en moyenne 38 navires qui empruntent cet étroit passage entre Pacifique et Atlantique. Sur l’année, on compte plus de 14 000 navires avec 203 millions de tonnes de cargaison. « En général, pour passer ici, les navires réservent leur place un an à l’avance. »

canal3

Grâce au canal de Panama, le trajet de New York à San Francisco s'effectue en 9700 km contre 24500 en contournant l'Amérique du sud par le Cap Horn.

canal4

Il faut entre 8 et 12 heures pour franchir le canal, paaser de l'atlantique au Pacifique. Lors du passage aux écluses, de petites locomotives tractent les navires.

Grâce au canal, les bateaux évitent un détour de 15 000 km qui les obligerait à contourner l’Amérique du Sud par le Cap Horn. La traversée se fait en 8 à 12 heures, le temps nécessaire pour franchir les 80 km du canal avec ses trois écluses. Le droit de passage est fonction du tonnage : 2 000 à 4 000 dollars pour un petit voilier, 30 000 dollars pour un yacht, 550 000 dollars pour un gros porte-conteneurs. S’il s’agit d’un bateau de croisière, compter 100 dollars par passager en plus des droits à acquitter pour le navire.

Une manne pour l’État du Panama

Chaque année, une manne de plus d’un milliard de dollars tombe ainsi dans les caisses de l’État panaméen. À l’avenir, le canal pourrait rapporter encore plus. De gigantesques travaux d’élargissement ont été inaugurés en 2016. Avec le Néo-Panamax, le nouveau canal, l’ambition est d’accueillir 30 % du commerce maritime mondial, contre 5 % actuellement.

Un chantier rendu nécessaire, car le canal historique (le Panamax), construit il y a un siècle, d’après les plans du français Ferdinand de Lesseps, n’était plus en mesure d’accueillir les navires à fort tonnage, aux dimensions toujours plus imposantes. Ces géants des mers transportent jusqu’à 12 000 conteneurs, soit plus du double de la charge actuelle.

canal5

Les travaux d'élargissement permettent désormais d'accueillir des navires plus gros, avec 14000 conteneurs contre 5000 auparavant.

canal6

Le canal est aussi une attraction touristique. Chaque jour, des centaines de visiteurs se pressent aux écluses de Miraflores, les plus proches de la ville, pour admirer le ballet des navires.

canal7

Le site, sous contrôle panaméen depuis l'an 2000, est étroitement surveillé.

canal8

Les plus hautes portes se trouvent aux écluses de Miraflores, avec des vantaux de près de 20 m de hauteur.

« Les péages vont atteindre des records, avec près d’un million de dollars pour un seul navire », commente Enrique, plutôt fier du Néo-Panamax, comme beaucoup de ses concitoyens. La décision d’agrandir le canal a été prise en 2006, suite à un référendum. Un chantier pharaonique. Avec les matériaux excavés, on pourrait bâtir l’équivalent de 63 pyramides d’Égypte ! Pendant neuf ans, il a mobilisé 24 000 ouvriers, pour un coût total de 5,25 milliards de dollars.

Les concurrents ailleurs dans le monde

C’est le prix à payer pour rester dans la course. Car les concurrents ne manquent pas. Le canal de Suez, en Égypte, qui vient lui aussi d’être agrandi. Le projet à 40 milliards de dollars imaginé par le Nicaragua, un État voisin d’Amérique Centrale, qui a l’ambition de creuser un canal de 278 kilomètres avec des capitaux chinois…

Sans oublier le réchauffement climatique. La fonte des glaces permet désormais à des navires d’emprunter le passage du Nord-Ouest, tout en haut du Canada. Si cette ligne maritime au cœur de l’Arctique se révèle viable à l’avenir, elle permettra de réduire de 8 000 kilomètres le trajet entre Londres et Tokyo.