Le PANAMA est le pays idéal pour votre "FUTURE NOUVELLE VIE" pour vous et votre famille.

Revue de Presse – Partir à l’étranger : plus d’un quart des jeunes diplômés français seraient tentés – Huffpost le 31 janvier 2014.

Les jeunes diplômés s'en sortent-ils mieux que l'année dernière ? Non, à en croire les résultats du dernier baromètre annuel du cabinet Deloitte sur l'humeur des jeunes diplômés. Les sondages ont été réalisés par l'Ifop. 

D'après ce sondage, 27% des jeunes diplômés français en recherche d'emploi envisagent une recherche hors du pays, un chiffre un chiffre stable par rapport à celui de l'année dernière. (Le rapport précise que ce chiffre n'était que de 13 % en janvier 2012).

Amérique du Nord en tête

Ce que précise ce nouveau rapport est le classement des pays les plus attractifs pour l'expatriation.

Selon les réponses des jeunes l'Amérique du Nord arrive largement en tête : le Canada en première position avec 37% de convaincus, suivit par les Etats-Unis avec 32% et le Royaume-Uni qui regroupe près de 26% d'adeptes.

Le marché de l’emploi français est de plus en plus fermé pour les jeunes. Par précaution et par envie les récents diplômés regardent les embauches à l'étranger.

Ces jeunes demandeurs d'emploi souhaitent, dans 28% des cas, partir vivre une vie entière à l'étranger. Trouver une carrière certes, mais faire leur vie là-bas également. L'étranger est attrayant pour eux car les diplômes français sont bien côtés dans le monde ce qui ouvre plus de portes.

Freins à l'emploi

49% des jeunes diplômés de moins de trois ans sont en recherche d’emploi (soit presque 1 jeune sur 2). Ces jeunes ne trouvent pas de travail à long terme en France. Un passage à vide illustré par la période d'attente pour trouver un travail qui correspond en moyenne à cinq mois.

Pourquoi les jeunes ne sont plus démarchés et doivent attendre plusieurs mois avant de trouver du travail malgré un diplôme universitaire ?

Plusieurs facteurs ont été soulevés par ce sondage :

  • Les jeunes ont du mal à trouver une offre d'embauche qui pourrait, même de loin, correspondre à leur profil.
  • Si une offre a été trouvée et qu'une candidature a été déposée, le problème suivant concerne l'absence de réponse.
  • Le manque d'expérience professionnelle est toujours le premier argument que les employeurs émettent lorsque votre profil ne leur convient pas.
  • Le manque de réseau et de relations professionnelles qui dans 43% des cas représente un véritable frein.

"Le manque d’expérience professionnelle est invoqué comme principal frein à leur employabilité par un jeune diplômé sur deux, ce qui atteste du cercle vicieux rendant la première marche de l’insertion professionnelle difficile à gravir" remarque Jean-Marc Mickeler, Associé Directeur des Ressources humaines chez Deloitte.

Lire le rapport complet Deloitte - Ifop. Cliquez ici >> Sources : Huffpost et Deloitte