Le PANAMA est le pays idéal pour votre "FUTURE NOUVELLE VIE" pour vous et votre famille.

PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT : L’EXPÉRIENCE MAROCAINE MISE EN AVANT AU PANAMA.

Le Maroc mise sur la coopération Sud-Sud pour relever les défis environnementaux et concerter les efforts en vue de faire face aux changements climatiques et atténuer les effets du réchauffement climatique. L'expérience du Maroc en matière de protection de l’environnement et de développement durable et équilibré a été mise en avant lors d'un colloque organisé vendredi à Panama-City. Environnement Maroc Intervenant lors de cette rencontre tenue sous le thème «La sauvegarde et la protection de l'environnement : responsabilité de tous», l’ambassadeur du Maroc au Panama, Oumama Aouad a indiqué que l'expérience marocaine dans le domaine de la protection de l'environnement repose sur un équilibre entre la croissance économique, les contraintes sociales, et la protection de l'environnement de manière à assurer la prospérité, à améliorer la qualité de vie des citoyens, et à promouvoir le développement durable, relevant que le Royaume a prouvé «qu'il n'y a pas de contradiction entre le développement et la protection de l'environnement». Elle a souligné, dans ce contexte, que le Royaume a placé la protection de l'environnement parmi les priorités de ses stratégies publiques, tout comme le développement humain et la croissance économique, notant qu’une telle approche a permis l'élaboration de politiques horizontales visant à préserver l'environnement et à s’adapter aux changements climatiques. Oumama Aouad a tenu à rappeler, à cet égard, l’intérêt que porte le Maroc à la protection de l'environnement depuis le Sommet de la Terre à Rio de Janeiro (1992), mettant en avant les réformes successives ayant permis d’établir une carte de l'environnement, de lancer le Plan Maroc vert pour développer le secteur agricole et interdire les produits génétiquement modifiés, ainsi que d'élaborer une stratégie de traitement des déchets. L’ambassadeur a noté, par ailleurs, que le Maroc, qui a pris le virage de la transition énergétique depuis des années vers les ressources renouvelables, s’est fixé l'objectif de couvrir 52% de ses besoins électriques à l’horizon 2030 à partir des énergies propres, rappelant le lancement de plusieurs projets ambitieux, comme les parcs éoliens et les centrales solaires, notamment «Noor I» du projet solaire «Noor-Ouarzazate», le plus grand complexe du monde. D'autre part, Oumama Aouad a souligné que le Royaume, conscient de la nécessité de lutter contre les changements climatiques et d’honorer ses obligations internationales, a décidé de réduire de 30% d’ici 2030 les émissions de gaz à effet de serre, considérées comme les principales causes du réchauffement climatique. La diplomate a également estimé que ces réformes et le dynamisme des efforts du Royaume au niveau international en matière de protection de l'environnement ont permis au Maroc de jouer un rôle «agissant dans le système environnemental international», mis en place en vertu de l’Accord de Paris, et consolidé lors de la COP22 à Marrakech, qui a connu un succès immense. Elle a, également, souligné que le Maroc mise sur la coopération Sud-Sud pour relever les défis environnementaux et concerter les efforts en vue de faire face aux changements climatiques et atténuer les effets du réchauffement climatique. Le colloque, organisé dans le cadre des activités du Mois de la Francophonie à l’Université maritime internationale de Panama, s’est déroulé en présence d'un nombre de chercheurs et membres du corps diplomatique accrédité au Panama. Lematin.ma