Le PANAMA est le pays idéal pour votre "FUTURE NOUVELLE VIE" pour vous et votre famille.

Récit de voyage – Panama : Cap sur les San Blas.

Une fois sur l'île je me dis : « mais qu’est ce qu’on va bien pouvoir faire pendant ces 3 jours ! » Mon frère me dit juste : « Profite ».

Mon histoire commence en juin 2012. Il est 09h00, j’arrive au travail et comme tous les jours une petite voix résonne dans ma tête « encore huit heures ! ». Pour ma part, ces huit heures étaient pénibles, mais indispensables : alimentaires comme on dit.

Pendant ce temps, mon frère parcourait l’Amérique Latine en sac à dos et m’envoyait quotidiennement des nouvelles dans le but de me motiver a faire le grand saut et le rejoindre. M’émerveillant tous les jours un peu plus de ses aventures, j’avais décidé de réserver un billet d’avion pour découvrir à sa façon le Panama. Ce simple clic de réservation, figea un sourire sur mon visage jusqu’au jour J.

L’excitation de vivre enfin quelque chose d’exceptionnel me tint éveillée durant mes douze heures de vol. J’ai débarqué à Panama City en milieu d’après-midi sous une chaleur torride. Le dépaysement était total : grattes ciel à perte de vue, cette ville bouillonne, étonne même ! J’avais l’impression d’être à New York… Les gens courraient dans tous les sens en costume-cravate, le téléphone dans une main et une empanada dans l’autre. Un Manhattan à la sauce espagnole.

Heureux de nos retrouvailles, mon frère me fit visiter la ville puis m’emmena à l’auberge de jeunesse. Ce soir là ; Il y avait de toutes les nationalités dans notre dortoir. La fête battait à son plein mais il était difficile de se remettre à parler anglais ou espagnol. Cependant quelques verres après, le problème s’était envolé comme par magie.

Pas le temps de faire la grasse matinée, mon frère me réveilla à l’aube, on était pressé, une jeep nous attendait pour nous conduire vers les San Blas. Le chauffeur nous déposa sans grande explication en plein milieu de la jungle, proche d’un petit embarcadère à l’abandon. Il n’y avait personne à l’horizon et le tonnerre commença à retentir ! Moins d’une minute après, nous étions trempés mais heureusement un jeune panaméen arriva à notre rencontre et nous fit monter dans sa barque. La traversé dura environ 45 min puis nous avons posé le pied sur une petite île de l’archipel des San Blas appelée Senidup. La météo n’était pas avec nous mais le cadre était magnifique.

Nous avons était accueillis par Allan et sa famille. Ils sont indiens, ceux sont des Kunas. Depuis leur révolution en 1925, ils vivent en tribu sur ces îles de façon indépendante, préservant ainsi leurs coutumes, leurs traditions et leurs territoires dans la mer des caraïbes. On s’installa tranquillement dans nos cabanas, le soleil commençait à réapparaitre. J’avais décidé de partir à l’aventure et de faire le tour de l’île. Telle une Pro, j’équipai mon sac à dos du minimum vital, je mis ma casquette et en avant !

Mon aventure dura seulement 10 min, tellement l’île était petite. Pas de connexion internet, donc pas de Facebook avec les copines. Aie ! Soudain je me dis : « mais qu’est ce qu’on va bien pouvoir faire pendant ces 3 jours ! » Mon frère me dit juste : « Profite ».

Petit à petit mon esprit s’apaisa. Dans le fond, je n’étais pas stressée, je n’avais aucune obligation ni rien de contraignant à faire. J’avais juste à profiter du cadre. Le soleil tomba rapidement, laissant place à un ciel intensément noir et étoilé, c’était émouvant. Les kunas se sont très bien occupés de nous, ce sont des hôtes très généreux et sympathiques. La nourriture était saine et soignée. On s’adapte très vite à leur mode de vie sans média, sans excitation, sans concurrence…

Le lendemain nous avions au programme : snorkeling, farniente sur une plage de sable blanc et tournois de volley avec les autres backpackers. Dans ce programme idyllique, Allan me proposa également de l’accompagner pour aller pécher les langoustes. Ce fut une expérience extraordinaire, certainement un des plus beau partage culturel de ma vie. Je suis revenue sur Senidup toute fière de pouvoir offrir le repas du soir à mes compagnons de voyage. Et quel repas !!

La nuit tombait et l’ambiance était plus que détendue, nous étions tous réunis autour d’un feu sur la plage, bercés par les cordes d’une guitare. Je sais ça fait un peu « cliché » mais qu’est ce que c’est agréable sur le moment !

C’est seulement sur le chemin du retour que je me suis rendue compte que je m’éloignais du paradis. Ces trois jours m’ont transcendé, ont changé ma vision du monde, mes attentes et mes projets. J’étais prête à apprécier le Voyage !

Infos Pratiques :

• Notre hôtel à Panama City était le « Villa vento surf »: Vous pourrez organiser votre trip sur les San Blas depuis cette auberge. Le personnel est agréable, petit dej’ et wifi gratuit, piscine, cuisine et sanitaires propres. Comptez 12$ la nuit en dortoir.

• Pour aller aux San Blas : On a donc pris un transport depuis l’auberge, 60$ (par personne) aller-retour en 4×4 (incluant la traversée aller-retour en bateau vers l’île).

Sur l’île de Senidup le logement en cabane et les 3 repas coûtent 25$/jour/personne, et on y mange très bien. Pensez à prendre de l’eau, de l’alcool (avec modération) et des cochonneries car les quelques douceurs sur place coûtent très cher (vous êtes vraiment perdus au milieu de nulle part). Il y a également une taxe de 3$ lorsque vous arrivez au petit embarcadère de départ. Sur l’île vous pourrez partir visitez d’autres îles à proximités, comptez environ 10 à 15$ pour le transport (incluant matériel de snorkeling) ainsi que 2$ par île mais cela va directement à la communauté sur place.

Source : Bien-voyager.com et O'Tour Du Monde